L’éditorial de Stéphane

Déjà en 2020 ?

Stéphane TAUTHUI
Conseillé municipal

A 1 an des municipales, autant le dire clairement la majorité a d’ores et déjà lancée la campagne des Municipales de 2020. Même si les divisions sur le fond sont de façade, les appétits sont bien réels. Les calculs politiciens, la communication à outrance, la mise en avant des jeunes et personnes âgées, et les actions cyniques, qui vont avoir lieu dorénavant, vont peut-être permettre à certains de se détacher et de parler du fond, de penser la vie de notre cité au regard des enjeux pour le bien des populations. Mais également des inégalités qui se creusent comme jamais et, que depuis plusieurs années, les conservateurs en place refusent d’aborder autrement que par la politique du pansement. Politique souvent opportuniste d’ailleurs car déclenchée par des aides de l’État, du département, de la région ou du territoire.

Très souvent le « vivre ensemble » et la « mixité » sont à toutes les pages des discours. Pour le réaliser il faut d’abord ouvrir grandes les portes de la Mairie, de Malakoff Habitat, impulser l’air vivifiant d’une démocratie directe et participative (y compris pour faire le budget). C’est à dire aller dans les quartiers, pour s’occuper des jeunes et des moins jeunes, sans attendre l’approche des municipales.

Depuis qu’avons-nous eu de changer, rien les habitants me diront car en plus de rues vides, nous avons des ordures et des crottes de chien qui les transforment nos rues en terrain miné, des quartiers où même les anciens ne s’y retrouvent plus et les disparités de traitement avec le cœur de ville. Les commerces qui se meurent et des activités de promotions de la ville résumées à des actions de contestations qui bloquent la vie à Malakoff. La commune qui devrait être proche des citoyens, à leur écoute, est devenue un lieu de pouvoir où règnent une Maire et quelques adjoints experts dans l’art de serrer des mains du « bon peuple » et accusant les autres de ne pas aimer le peuple.

Les élus politiques, quel que soit le bord politique, doivent retrouver clairvoyance et indépendance pour protéger les citoyens et guider les acteurs économiques pour plus de biens communs, de justice et de fraternité. Car à n’en pas douter, c’est bien de notre mode de vie et de notre bien-être et celui de nos enfants dont il est question et non celui de la victoire des pensées politiques.

Stéphane TAUTHUI – Mars 2019

Laissez un commentaire